PARTAGEZ: 

SIGNEZ DÈS AUJOURD'HUI LA PETITION POUR STOPPER
LE COMMERCE DE PRIMATES POUR L'EXPÉRIMENTATION

Pétition à l’attention de :
Josep Maria Pelegrí (Conseiller d’Agriculture, Élevage, Pêche et Zones rurales de Catalogne), Air France et Aeronova.

Merci de signer cette pétition qui demande la fermeture de cette ferme de primates et qui transmet votre indignation à ceux qui permettent que cet endroit soit toujours en activité. En signant cette pétition, vous sollicitez également à Air France et Aeronova l’arrêt des transports de primates.

J’ai pris connaissance grâce à une enquête réalisée par l’ONG Animal Equality de l’existence d’une ferme de primates à Camarles, Tarragone, Catalogne, Espagne.

Je souhaite exprimer mon rejet total à l’existence de centres comme celui-ci, où des centaines de macaques qui furent arrachés à leur habitat naturel et séparés de leurs familles vivent entassés dans des cages, en attendant d’être utilisés dans de douloureuses expérimentations qui termineront certainement avec leur mort.

L’installation en 2002 de cette ferme aux alentours de Camarles, dans un endroit caché et éloigné du centre, provoqua une grande confrontation avec les voisins et la Mairie qui tentèrent d’empêcher son activité. La ferme, à l’époque propriété du Centre de Recherche de Primatologie, obtint sa licence d’exploitation au milieu d’une grande polémique quelques jours avant l’entrée en vigueur de la Loi de Protection Animale de Catalogne qui interdit expressément ce type d’exploitations.

L’interdiction récente en Espagne de la recherche scientifique sur les Grands Primates nous rappelle que nous avons une responsabilité envers les animaux, une responsabilité qui devrait inclure également les macaques et les autres animaux utilisés pour l’expérimentation. Je vous incite à prendre les mesures administratives et légales nécessaires afin que les installations de Camarles ferment définitivement.

Je sollicite également aux compagnies Air France et Aeronova l’arrêt des transports de primates destinés à l’expérimentation, comme l’ont déjà fait de nombreuses compagnies aériennes qui ont adopté des mesures afin de refuser l’expérimentation animale.

Salutations,
[expéditeur]

SIGNEZ CETTE PÉTITION

DE QUELLE AUTRE MANIÈRE POUVEZ-VOUS ÊTRE UTILE?

Devenez membre

Animal Equality est une organisation internationale déclarée d’intérêt général qui se finance grâce aux cotisations de ses membres. Rejoignez-nous et aidez-nous à défendre les animaux.
Devenez membre

Faites un don

Votre don nous aidera à révéler la cruauté que subissent les animaux dans les différents secteurs d’exploitation animale, de faire prendre conscience à la société et d’éviter la souffrance animale.
DONNEZ MAINTENANT

Agissez

Les animaux sont sans défense et ont besoin de nous. Ensemble nous sommes plus forts et nous pouvons mieux les aider. Rejoignez notre réseau international de volontaires et participez à nos campagnes.
PARTICIPEZ

88978

Ce numéro fut tatoué sur sa cuisse à son arrivée. Il fut capturé dans la forêt de l’île Maurice lorsqu’il tentait d’attraper de la nourriture dans ce qui était un piège. En hiver les macaques souffrent de la faim et les chasseurs qui le savent préparent des pièges pour les attraper. Son cauchemar venait juste de commencer…

Il fut retenu plusieurs mois dans l’élevage de Noveprim – l’une des six entreprises qui se dédie à ce commerce dans l’île- en compagnie d’autres macaques qui, comme lui, avaient été séparés de leur famille de la même manière.

Un jour il fut transporté dans une caisse en bois, dans la soute d’un avion commercial, pour un voyage de plus de douze heures et 9000 kilomètres, jusqu’au plus important élevage d’Europe de macaques pour expérimentation, que Noveprim Ltd gère avec l’entreprise Camarney, à Camarles (Tarragone, Catalogne, Espagne).

Après plusieurs mois dans la ferme de Camarles, il fut acheté par l’Université de Navarre en même temps que quatre autres macaques qui venaient aussi de l’Île Maurice. Les chercheurs lui injectèrent dans le bras une neurotoxine (MPTP) qui causa des dommages irréversibles dans son cerveau, provoquant des tremblements ainsi que des problèmes d’équilibre et de coordination pendant des mois. Il passa une année entière enfermé dans une cage métallique glacée, voyant comment on venait chercher les autres macaques et écoutant leurs cris alors qu’il tentait de garder l’équilibre et de contrôler ses tremblements. Il ne comprenait pas pourquoi son corps ne réagissait pas comme il le souhaitait. Au bout d’un an il fut opéré afin de détruire davantage son cerveau et d’observer de quelle façon les dommages créés affectaient son corps. Il fut tué six semaines après cette dernière opération. Certains des membres de sa famille furent envoyés aux laboratoires de Covance et de Huntington Life Sciences, où on les obligea à ingérer des pesticides, des détergents et d’autres substances toxiques.

Aidez-nous à stopper le commerce de primates pour l’expérimentation

* Lesion of the Centromedian Thalamic Nucleus in MPTP-Treated Monkeys.

DÉCLARATIONS D’EXPERTS

Macaco enfermo

«Le singe présentait une sévère inflammation cutanée, associée à une perte de poils sur la tête et la face, les deux bras, le dos et le ventre. L’inflammation est évidente et doit avoir causé une terrible gêne à cet animal. La perte de poils sur une grande partie du corps peut avoir été causée par une auto-lésion, en réponse à son grand mal être, car le singe arrachait sa propre fourrure, ou se frottait contre les barreaux de sa cage, tentant désespérément de se soulager. L’amincissement sévère de la couche cutanée indique que ce singe était dans cet état depuis assez longtemps pour que ces réactions se produisent, ce qui indique une importante période. Les causes possibles d’une réaction cutanée aussi sévère peuvent être des acariens, une réaction à des drogues, ou une réaction allergique à des composants alimentaires ou à d’autres agents environnementaux.

Il fut aussi perturbant de voir dans quelles conditions ces primates étaient logés. Ces animaux extrêmement intelligents, curieux, ont évolué pendant plus d’un millénaire au sein d’un environnement de forêt tropicale humide, riche en diversité, et leur territoire est très vaste. Bien loin de cela, ils sont ici logés dans de minuscules structures qui ne sont rien de plus qu’une simple cage de métal. Ces singes avaient mâché et détruit –et probablement avalé- la plupart du baquet en plastique, probablement afin de diminuer leur terrible ennui. Les animaux sont filmés en train de mâcher continuellement les restes du baquet, ainsi que les barreaux de métal de leur cage. Enfermer des primates dans un site tellement confiné et cerné de barreaux durant une période prolongée est sans aucun doute un acte de cruauté.»

— Andrew Knight BSc., BVMS, CertAW, DipECAWBM (WSEL), PhD, MRCVS, FOCAE. European Veterinary Specialist in Welfare Science, Ethics & Law Fellow, Oxford Centre for Animal Ethics.

«Cet animal, qui pourrait souffrir de carences alimentaires, évidemment stressé par la captivité et présentant un système immunologique affaibli, souffre d’alopécie et de dermatite sévère probablement dues à une infection de gale o d’un type d’herpès qui ne fut pas traité.»

— María González Sola. Vétérinaire, Espagne.

«Les enquêtes de BUAV dans l’île Maurice ont révélé la choquante cruauté et la souffrance infligées aux primates destinés à l’industrie internationale de la recherche. Les singes sont des animaux très sociaux et intelligents, avec de forts liens familiaux et leur capture à l’état sauvage ainsi que leur captivité sont moralement inacceptables. Ils sont privés de l’abondante végétation de leurs forêts natales et emprisonnés par centaines dans des enclos afin de se reproduire. Leur descendance est exportée à des laboratoires ou des fermes d’élevage aux États-Unis et en Europe, en particulier en Espagne, au Royaume-Uni et en France. Ces singes sont transportés par Air France, l’une des rares compagnies internationales qui continue de transporter des primates. Un chargement récent divulgué par BUAV impliquait plus de 100 jeunes singes qui étaient transportés par Air France à destination de la ferme d’élevage de Camarles en Espagne.»

— Sarah Kite, Directrice des Projets Spéciaux, BUAV.

LE COMMERCE DE PRIMATES
POUR L’EXPERIMENTATION

10.000
macaques captures chaque annee
1.500
macaques dans
le centre de Camarles
354
macaques victimes
en 2010 en Espagne *
32
heures de transport depuis
l’ile Maurice jusqu'aux Etats-Unis
80%
des experimentations
sont de toxilogie

* Rapport sur les experiences sur animaux en 2010, Ministere de l'environnment, Espagne



Chaque année, entre 1 500 et 2 000 macaques proviennent de l’ile Maurice, où ces animaux sauvages sont capturés dans la forêt grâce à des pièges et entassés par centaines durant des années, à des fins reproductives. Ils sont maintenus totalement enfermés et sans aucune végétation. Leur descendance sera envoyée au centre d’élevage appartenant à Camarney SL-Noveprim Europe LTD., situé à Camarles (Catalogne, Espagne), et transportée par la compagnie Air France dans des caisses de bois et en soute d’un avion commercial, durant un voyage de 12 heures et plus de 10 000 kilomètres. Les macaques seront ensuite envoyés à des laboratoires, dont certains sont connus à l’international pour la cruauté de leurs expérimentations, comme ont pu le constater et le filmer des enquêteurs munis de cameras cachées dans les centres de Münster, Allemagne, et de Virginie, États-Unis.

En 2010, 354 de ces macaques furent soumis à l’expérimentation dans des laboratoires espagnols, et 80% d’entre eux furent utilisés pour des tests de toxicologie, de type chronique ou sub-chronique, dans lesquels les animaux sont forcés a ingérer ou sont injectés avec des substances comme des pesticides, des désherbants, et d’autres produits similaires, selon les données du Rapport sur les statistiques d’animaux utilisés en laboratoires pour des fins scientifiques publié par le Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et de l’Environnement.

La capture et l’élevage de macaques pour l’expérimentation est très controversée et a suscité de fortes protestations au niveau international de la part des défenseurs des animaux, qui considèrent que l’on doit stopper cette cruelle activité. L’un des groupes les plus actifs sur ce thème est BUAV en Angleterre avec la campagne Save our monkeys.

Les rares compagnies aériennes qui transportent les macaques jusqu’aux laboratoires – comme Air France ou Aeronova- sont l’objet des plaintes de citoyens indignés qui veulent éviter la souffrance de ces animaux. Animal Equality se joint à ces campagnes afin de faire prendre conscience à la société de ce problème, et de promouvoir un changement des politiques de transport d’animaux de la part des compagnies aériennes complices de cette injustice.

Photos

Presse

Si vous souhaitez recevoir plus d’information ou réaliser une interview sur ce thème ou d’autres sujets en relation,
vous pouvez contacter notre porte-parole francophone.

Audrey Garcia
Téléphone: +34 610 548 308
Email: AudreyG@IgualdadAnimal.org